La Résurrection du Christ nous engage !

dimanche 2 avril 2017
par  Père Jean MABUNDI
popularité : 10%

La mort du Christ a toutes les apparences d’une défaite, pourtant elle est le triomphe sur Satan, sur ce personnage que certains considèrent comme tiré d’une mythologie, alors qu’il est réellement quelqu’un dont toute l’œuvre est de dire non au bien. Ici, nous célébrons, au contraire, celui qui nous a permis d’entrer dans le oui au bien et aux promesses divines.

Nous célébrons Celui qui a passé tout son temps ici-bas à ne faire que le bien, qui a vécu trois ans avec des disciples, qui a été crucifié, qui est mort et que Dieu a ressuscité. C’est le même qui apparaît aux disciples après sa mort et qui dit à Thomas : ‘’Porte ton doigt ici : avance ta main et mets-là dans mon côté, et ne deviens pas incrédule, mais croyant.’’ (Jean 20) Le Ressuscité, le Vivant, est donc le Crucifié devenu Glorifié, qui se présente toujours avec ses plaies, qui prépare un repas pour ses apôtres, qui demande à être touché … Ses apparitions se manifestent toujours par des paroles fortes et prophétiques : ‘’n’ayez pas peur’’, ‘’la paix soit avec vous’’, ‘’paix à vous’’, ‘’je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps’’. Et ces paroles ne sont pas des slogans pour détendre l’auditoire, mais plutôt des formules d’envoi en mission ; la mission de transformer le monde par l’observation de ce que le Christ a recommandé, essentiellement l’attention aux plus petits et aux démunis, les béatitudes, la vérité, le pardon … Après le temps de l’épreuve, quelques juifs se sont ressaisis, ils ont suivi le Christ et se sont lancés à la conquête du monde païen.

Voilà que la toute-puissance de Dieu est remise entre les mains de l’homme, malgré ses faiblesses et ses misères. C’est à lui de poursuivre l’œuvre de salut commencée par le Messie de Dieu. ‘’Ce à quoi on vous reconnaîtra, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres.’’ Nous devons comprendre que le changement le plus fondamental de l’Evangile, celui qui doit bouleverser le monde, c’est cette découverte : ‘’nous sommes frères’’. La résurrection se manifeste dans cet amour fraternel et miséricordieux, dans l’imitation même de la vie de Jésus dans l’Eglise d’aujourd’hui. Mais sommes-nous assez transparents du Christ ? Œuvrons-nous assez pour que tout homme ait la vie et qu’il l’ait en abondance ? Travaillons-nous toujours à remettre l’homme debout ? Notre temps connaît la crise du témoignage explicite : la peur de s’afficher chrétiens ! Nous le savons, le Seigneur n’a pas d’autres lèvres que les nôtres, d’autre bouche que la nôtre, d’autres mains que les nôtres, d’autres pieds que les nôtres, pour s’en aller vers ce monde porter son message. Nous n’avons pas, chrétiens, le droit de le garder enfermé dans notre cœur et de nous taire. La tâche est immense, mais pas impossible.

Différentes études indiquent que les attentes d’aujourd’hui sont à 80% de l’ordre moral : les gens ont besoin d’un décodeur de sens, d’une Parole vraie et non dissimulée – qui ne manipule pas, ouverte sur le souci d’autrui. Que de vies manquées faute d’amour au départ ou en cours de route, parce que la chaleur et l’attention à l’autre qui auraient permis de l’épanouir affectivement et spirituellement n’étaient pas au rendez-vous.
Le Christ Ressuscité est un Christ qui nous engage dans la même aventure que la sienne.
Père Jean Mabundi


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Facebook

Facebook

Navigation

Mots-clés de l’article