Une Eglise sans enfants

jeudi 31 août 2017
par  Père Jean MABUNDI
popularité : 8%

Une Eglise sans enfants entraînerait une grande perte pour elle-même.

Les vacances sont finies. L’heure est à la rentrée, avec son lot d’exigences.
Quelle rentrée pour nos enfants ? En Eglise, ce moment est très important : il fait partie de ses vigilances et de ses engagements à l’action.

Les enfants sont un cadeau, non seulement les parents, mais aussi pour la société et pour l’Eglise. Ne pas multiplier de nouvelles chances pour eux ressemblerait à abîmer et à gaspiller leur avenir. Et plus nous attendrons pour payer la facture, plus élevé en sera le prix. Que reçoivent-ils dès maintenant pour participer dès aujourd’hui et demain à bâtir un monde plus juste et plus fraternel ?

Au moment de commencer cette nouvelle année pastorale, toutes les questions reviennent. Nos enfants se sentent-ils vraiment accueillis et vraiment à l’aise dans nos communautés paroissiales ? Ou encore, nos enfants se laissent-ils vraiment accueillir ? Profitent-ils de tout un programme de réponse, de contact, de formation, de suivi … élaboré pour eux par nos soins ?

A l’issue de notre Synode diocésain, la loi 12 insiste et préconise : « la responsabilité première de l’initiation des enfants revient à la famille qui trouvera auprès de la communauté chrétienne un soutien et un témoignage pour l’éducation dans la foi. Aux parents qui inscrivent leurs enfants au catéchisme, il sera proposé un parcours pour approfondir leur foi … Ces rencontres pourront avoir lieu sur les mêmes créneaux horaires que la catéchèse des enfants. »

Nous nous plaignons et constatons que la plupart d’entre les enfants n’ont guère reçu d’instruction religieuse ou n’ont pas d’expérience religieuse. Mais la voix du Synode invitant à prendre soin de nos enfants semble aller encore plus loin dans son ton. Et la loi 13 annonce une commission qui ‘’réfléchira à un plan d’action sur trois ans pour la mise en œuvre d’une catéchèse paroissiale des enfants à l’intérieur de la semaine scolaire dans les écoles catholiques.’’

Il faut beaucoup de place pour les enfants et, dans le meilleur des cas, pas sur le seuil.
Cette année 2017 / 2018, deux autres grands projets demandent le concours des parents et le soutien de toute la communauté paroissiale, pour la création d’un Chœur d’Enfants et la Journée- rencontre de toutes nos écoles catholiques du secteur pastoral de Dinan.

Au-delà de ses erreurs dans notre société et dans notre histoire, la religion chrétienne a contribué et contribue encore à la culture et à l’humanisme dont l’Europe peut être légitimement fière ! Reconnaître cela ne signifie pas méconnaitre l’exigence moderne d’une juste laïcité de notre Etat.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Facebook

Facebook