Jeanne Jugan : Episode 1852- 1879

vendredi 2 janvier 2015
par  Patrick BODOLEC
popularité : 10%

En 1852, Jeanne sera définitivement écarté de toutes responsabilités par l’abbé Le Pailleur.
Ce dernier va se substituer à Jeanne comme fondateur de la congrégation.

Elle devra cesser toute relation avec les bienfaiteurs et rester sédentaire à la Pilière, à Rennes.
Elle commença sa longue retraite…

1856-1864, La Piletière devenu trop petite, la congrégation fera l’acquisition de la Tour, propriété sur la commune de Saint. Pern, en ille-et-Vilaine, pour y mettre la maison mère et le noviciat.

Jeanne vivra à St. Pern, isolée au noviciat, où elle resta reléguée, et à l’écart des responsabilités, au manoir de la Tour St. Joseph, dans cette propriété.

Elle vivra cette injustice et ce calvaire moral dans la paix et la sérénité, toute tournée vers la prière.
A l’injustice, Jeanne ne répondra que par le silence, la douceur, l’abandon.
Sa foi et son amour pour sa famille religieuse lui permettront de garder sa sérénité auprès de Dieu.

En 1865, une fois, on demanda à Sœur Marie de la Croix son avis pour décider que la congrégation n’aurait plus de revenus fixes mais devrait vivre de charité.
C’est, à cette occasion, que nous aurons sa signature :

En 1870, Jeanne logera à l’infirmerie, dans une pièce au premier étage, pas loin de la chapelle. Elle y prendra ses repas sur place…


Elle passa ses dernières années à Saint Pern,
elle mourut le 28 août 1879.
Chapelet de Jeanne Jugan

Mais, peu à peu, l’ombre qui s’étendait sur Jeanne Jugan va disparaître, la lumière va se faire…
Dès 1902, la vérité commencera à se dévoiler :
Jeanne Jugan, ou Sœur Marie de la Croix, morte dans l’oubli, un quart de siècle auparavant, ne sera plus la troisième Petite Sœur des Pauvres, comme on voulut laisser croire, mais la première et la fondatrice.

Le 5 mars 1936, eut lieu l’exhumation des restes de Sœur Marie de la Croix.

Le 13 juillet 1979, le Pape Jean-Paul II reconnaîtra officiellement « l’héroïsme des vertus » de Jeanne Jugan et la plaça au rang des « Vénérables ».

Le 3 octobre 1982, en la Basilique St. Pierre de Rome, le même Pape Jean-Paul II proclamera « Bienheureuse » la très humble Cancalaise, si riche de Foi.

Le 11 octobre 2009, le Pape Benoît XVI a canonisé Sainte Jeanne Jugan.

Elle sera vénérée par l’Eglise Catholique Romaine et sa Fête sera le 30 août de chaque année.

Voir la vidéo : Jeanne Jugan, un chemin de joie et d’espérance, en cliquant ici


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Facebook

Facebook

Navigation